A quelques heures de l’arrivée de Jean Pierre Dick aux Sables-d’Olonne

A quelques heures de l’arrivée de Jean Pierre Dick aux Sables-d’Olonne retour en images sur les temps forts de la course.

6.11.16 / Départ du Vendée Globe« Comment prévoir l’imprévisible : c’est ça qui fait la beauté du Vendée Globe »

7.11.16 / 2ème à 2 milles d’Alex Thomson.« La nuit a été agitée, il y avait beaucoup de grains, un vent très instable. Cela fait plaisir d’être dans le top 3 dès les premières 24 heures.  

8.11.16 / StMichel-Virbac prend la tête du Vendée Globe « Ah je suis premier ! C’est une bonne nouvelle ! Mon placement semble intéressant aujourd’hui grâce à mon option à l’Est de la flotte au large des côtes portugaises. »

10.11.16 / Erreur stratégique à Madère « J’ai voulu faire du décalage pour éviter le dévent sous l’île de Madère. Sur les fichiers, il y avait du vent plus loin c’est pour ça que j’ai progressé dans cette direction. Je suis finalement allé trop loin dans l’anticyclone. C’est plus facile à dire après qu’avant ! Au final la réalisation n’est pas bonne. »12ème à 81,3 milles du leader

12.11.16 / Avarie à bord de StMichel-Virbac « Le coinceur (KJ25) de l’amure du J0 s’est arraché du pont. La voile est partie en l’air. J’ai réussi à enrouler la voile d’avant et suis passé sur le 2ème système d’amure. Décidément, je n’avais pas imaginé ce début de course comme cela. Après cette nuit sur le pont, je vais me reposer et repartir du bon pied ! Je me dis que la route est longue et que je vais inverser la tendance. »
12ème à 223,5 milles du leader

15.11.16 / StMichel-Virbac freiné dans le pot au noir « Malheureusement, le pot au noir a commencé très tôt pour nous (ndlr : Thomas, Jean et moi). Les premiers sont passés comme des fleurs. Le pot au noir s’est étendu pour les poursuivants. Les leaders vont prendre pas mal d’avance car nous allons mettre un temps infini à le passer ! Pour me changer les idées, j’ai eu la chance cette nuit de voir une baleine qui somnolait au soleil de la lune. »
11ème à 291,1 milles du leader 

17.11.16 / Passage de l’équateur En fin de nuit StMichel-Virbac a passé l’équateur après 10 jours 16 heures et 51 minutes de course.
10ème à 575,1 milles du leader

18.11.16 / Glissades et passage à niveau « J’ai pu distancer Thomas Ruyant. Ma prochaine étape est de viser la neuvième place de Jean qui est maintenant à une trentaine de milles devant moi. Pour la deuxième partie de la flotte, nous allons devoir jongler avec les systèmes météo après Rio pour attraper une nouvelle dépression et gérer un troisième passage à niveau. Je m’attends encore à perdre du terrain à terme. »
10ème à 655,1 milles du leader

19.11.16. « Ça foile à bord de StMichel-Virbac » En 48 heures, Jean-Pierre a doublé deux concurrents directs : Thomas Ruyant et Jean Le Cam. « C’est une bonne nouvelle ! StMichel-Virbac est dans ses meilleures allures ! Les foils peuvent vraiment exercer leur influence ! La situation est complexe pour nous avec la négociation de l’anticyclone de Sainte-Hélène. »
9ème à 765,7 milles du leader

19.11.16 / Rencontre avec Jean Le Cam « C’est sympa d’être au contact avec Jean, cela permet de s’étalonner. On s’est parlé par VHF, c’était un moment hors du temps. »
9ème à 765,7 milles du leader 

21.11.16 / « Le chevalier noir sans peur et sans reproche » C’est le surnom que Jean Le Cam a donné à Jean-Pierre Dick dans sa dernière vidéo. Le roi Jean a pris l’avantage cette nuit, mais depuis ce matin, le chevalier Jean-Pierre a accéléré et est repassé devant.
9ème à 1047,3 milles du leader 

22.11.16 / Après le pot au noir, l’anticyclone de St Hélène arrête de nouveau StMichel-Virbac « L’anticyclone de Sante Hélène est vraiment terrible ! J’en ai fait l’expérience cette nuit en naviguant à 2 nœuds ! Ce sont les pires moyennes que j’ai réalisées en Imoca ! Je n’avais pas besoin de ça pour me rappeler que mes petits camarades sont à plus de 1000 milles devant maintenant. Comment dire il faut être zen ! »
10
ème à 1391,6milles du leader

23.11.16 / « Place à la vitesse ! » « Ouf ça va mieux ! J’allonge enfin la foulée. Je retrouve le bruit de la vitesse. Il me manquait ! Je suis content d’avoir pris un peu d’avance sur Jean. Le vent va bientôt rentrer à 20 -25 nœuds. Il va falloir être sur le pont pour mettre les bonnes voiles et ajuster la trajectoire. Je revis ! »
8
ème à 1699 milles du leader

29.11.16 / Good Hope ! Jean-Pierre Dick vient de franchir la longitude du Cap de Bonne-Espérance ce mardi à 10 heures 15 (heure française) après 22 jours et 21 heures de course. StMichel-Virbac passera dans la journée au large du Cap des Aiguilles symbolisant son entrée dans l’Océan Indien.
7
ème à 1869,6 milles du leader

30.11.16 / Entrée dans les mers du sud « Les albatros sont enfin arrivés, j’en ai vu surtout des noirs. C’est magnifique et en plus il fait beau ! Nous avons des éclaircies, du soleil, les journées sont plus agréables depuis 3 jours. La température est cohérente avec les mers du sud, il ne fait pas très chaud une dizaine de degrés et l’eau est à 8°. Ma prochaine cible est Quéguiner. »
7
ème à 1869,6 milles du leader

2.12.16 / Le dragster des mers du sud « J’ai de bonnes sensations de vitesse avec les foils, c’est impressionnant de voir les gerbes d’eau qu’ils dégagent dans le sillage, on dirait un dragster ! Cela fait un boucan d’enfer quand ça part à 30 nœuds : des sifflements, des hurlements, c’est ce qu’on appelle les cinquantièmes hurlants à bord de StMichel-Virbac ! »
7
ème à 1963,2 milles du leader

2.12.16 / StMichel-Virbac est entré dans la zone interdite des glaces Alors que StMichel-Virbac était dans les temps du record des 24h, il a parcouru 44 milles dans la zone interdite des glaces (ZEA*). StMichel-Virbac est repassé par son point d’entrée dans la zone interdite et a réparé sa faute. Il a repris sa route vers le nord-est et a perdu une dizaine d’heures dans l’opération.
7
ème à 1 903,6 milles du leader

5.12.16 / Abcès au genou Pendant plusieurs jours, JP a une grosse infection au genou droit. Après consultation de son médecin, il va soigner ce gros abcès avec des antibiotiques et des soins quotidiens.

08.12.16 / « C’était un peu cocasse » « La nuit a été agitée. J’ai fait une sortie de route dans une rafale à plus de 30 nœuds. Manque de pot, j’étais en train de mettre de l’eau dans mon plat lyophilisé. J’ai valdingué et j’ai retapissé l’intérieur du bateau avec le plat. Je vous laisse visualiser la scène (rires) ! Seul dégât collatéral : la souris de l’ordinateur n’a pas supporté le choc ! »
6
ème à 1845,1 milles du leader

10.12.16 / Le bon chrono de JP StMichel-Virbac a passé le Cap Leeuwin cette nuit à 4 heures 55 (heure française). Jean-Pierre Dick réalise un excellent chrono entre Bonne Espérance et Leeuwin en signant le deuxième meilleur temps du passage après Armel Le Cléac’h. Temps de passage 33 jours 15 heures et 53 minutes. Dans l’Océan Indien, StMichel-Virbac a gagné 430,2 milles sur Queguiner entre Bonne Espérance et le Cap Leeuwin.
6ème à 2049,8 milles du leader

12.12.16 / Inédit sur le Vendée Globe : StMichel-Virbac passe par le détroit de Bass « La sécurité du bateau et du marin passe clairement avant la course. Cette dépression est très puissante et dure 3 jours à partir de demain. Les vents seront supérieurs à 45 nœuds avec des passages à 60 – 70 nœuds. La mer sera très forte avec des vagues supérieures à 10 mètres. Il est hors de question que nous allions là-dedans, la situation est dangereuse. Je fais le choix de la sécurité maximum. Je vais passer par le détroit de Bass (entre l’Australie et la Tasmanie). »
6
ème à 2 048,9 milles du leader 

14.12.16 / Passage dans le détroit de Bass « Je suis ému de mon passage dans le Détroit de Bass cette nuit, c’est incroyable de vivre cela pendant le Vendée Globe ! Je suis juste dans le passage de Barren Island, c’est très impressionnant avec le vent qui est monté à 40 nœuds. La mer est abrupte. J’ai décidé de rouler la voile d’avant car c’était chaud avec les bancs de sable tout autour. J’entame maintenant la descente vers la Nouvelle Zélande pour retrouver les mers du grand sud. »
7ème à 2 534 milles du leader

17.12.16 / Option gagnante ? « C’est incroyable cette trajectoire, je dois être le premier concurrent du Vendée Globe à passer par le Détroit de Bass. Mon option n’est pas perdante pour l’instant. Elle sera sans doute gagnante à terme ».
6
ème à 2 114,2 milles du leader

19.12.16 / L’instant bricolage « J’ai dépensé pas mal d’énergie pour réparer un chariot de grand-voile cassé. Je suis intervenu le plus rapidement possible pour que la situation ne se dégrade pas. J’ai affalé la voile dans plus de 25 nœuds et j’ai mis en place le nouveau chariot. »
5
ème à 1944,9 milles du leader

22.12.16 / Rencontre « C’est tellement rare de croiser des dauphins dans cette partie de l’Océan Pacifique, ils sont restés au moins dix minutes autour du bateau. Ils étaient vraiment beaux avec des taches blanches sur les côtés, c’était un moment exceptionnel ! Par contre, je ne connais pas cette race, je ne l’ai pas étudiée à l’école véto ! »
4ème à 1924,5 milles du leader 

29.12.16 / Bulle sans vent inopinée « Je suis tombé dans une grosse bulle sans vent. Aucun fichier ne prédisait cette bulle la veille. Mon avance sur Jean et Yann a fondu, c’est une profonde déception. Tu passes des jours et des jours à grappiller des milles sur tes concurrents et en une demi-journée, tout part en fumée. »
4
ème à 2 002,9 milles du leader 

30.12.16 / 5ème passage du Cap Horn pour JP « Il est beau celui-là, impressionnant même, je suis passé à moins de 5 milles du Cap, le jour se levait tout juste. J’ai éprouvé beaucoup de plaisir en voyant ce cap mythique, perdu tout au sud du continent américain. »
Temps de StMichel-Virbac entre le Cap Leeuwin et le Cap Horn : 20 jours 2 heures 39 minutes
4
ème à 1 883,3 milles du leader

01.01.17 / Temporisation « L’idée est de temporiser au centre de la dépression et de sortir quand le vent extérieur a diminué. Ce n’est pas évident car je suis en course et j’aimerais accélérer. Mais il faut préserver le bateau. Je vais quand même naviguer dans 35-40 nœuds cet après-midi. »
4ème à 1 699 milles du leader

04.01.17 / « J’ai rarement vu cela » « Les conditions sont démentes ! Toutes les deux secondes, il y’a un impact fort des vagues sur le bateau.
A bord, c’est vraiment l’horreur. C’est impossible de dormir et tu ne tiens pas debout. Vivement que cela se calme un peu car depuis le Cap Horn, les conditions sont sévères. Ce n’est pas cela l’Atlantique Sud normalement ! »
4ème à 1 343,9 milles du leader

8.01.17 / StMichel-Virbac s’extirpe en premier de l’anticyclone de St Hélène « Hier soir, j’ai touché le vent en premier, ce qui m’a permis de sortir de la dorsale anticyclonique avant Jean et Yann. Maintenant, la vitesse du bateau va s’accentuer avec mon foil et je vais tirer un long bord dans les alizés jusqu’au Pot au Noir. J’ai profité de la pétole pour plonger et inspecter la coque. Il n‘y a rien à signaler. J’ai également passé un petit coup d’éponge sur la carène pour améliorer la glisse ! »
4ème à 1 542,3 milles du leader 

10.01.17 / Une option payante « Je suis content car il faut avoir les nerfs solides pour rester dans ton option quand des skippers de qualité croient en une autre ! Ils sont revenus à mon niveau, m’ont dépassé, mais je voulais absolument garder mon décalage latéral comme une denrée précieuse. Il pouvait me servir plus tard. Ce qui est finalement la réalité aujourd’hui. »
4
ème à 1 251 milles du leader –

11.01.17 / Promesse à mon père « Je vais passer à quelques milles de ma fameuse île fétiche Fernando di Noronha dans l’après-midi, je vais peut-être la voir cette fois ! Le vœu scellé avec mon père sera en partie exaucé. Je vais devoir y retourner pour débarquer ! »
4
ème à 1 205,2 milles du leader

12.01.17 / Retour dans l’hémisphère nord. Un temps historique
Ce jeudi, Jean-Pierre Dick a franchi l’équateur à 11h33 (heure française) après 66 jours 22 heures 31 minutes de course. Le skipper de StMichel-Virbac a été le plus rapide entre le Cap Horn et l’équateur avec un temps historique de 13 jours 3 heures et 59 minutes. « Incroyable, cela fait plaisir d’apprendre cela ! Je ne pensais pas avoir été le plus rapide car depuis le Horn les conditions météo ont beaucoup varié. Il a fallu s’activer. C’est une belle satisfaction ! »
4
ème à 1 251 milles du leader

14.01.17 / Pot au noir express
« J’ai fait un beau passage du pot au noir. J’ai des milles d’avance, mais maintenant il va falloir gérer tout cela car il y a de la pétole à venir. Le schéma n’est pas simple. Pour l’instant il n’y a pas de gros coup à faire, c’est une situation d’attente. Malheureusement je ne peux pas tenter quelque chose avec les conditions actuelles, cela pourrait me coûter très cher. »
4
ème à 1 085,8 milles du leader

16.01.17 / La pétole freine StMichel-Virbac « Le bon travail de ces derniers jours pour creuser un écart conséquent (ndlr : plus de 300 milles) sur Yann et Jean va s’envoler. C’est frustrant car ils vont bien revenir sur StMichel-Virbac. Je suis dans la pétole. Cela va être long et douloureux avant de toucher les vents portants. »
4
ème à 1 510,6 milles du leader

19.01.17. « Encore un nouveau départ » « J’ai encore passé la nuit dans la pétole alors que les fichiers donnaient 10 nœuds de vent. Dur, dur de voir Yann et Jean me passer au classement, mais je ne baisse pas les bras. J’ai hâte que le nouveau vent arrive pour me battre à armes égales avec Yann et Jean. C’est encore un nouveau départ ! »
6
ème à 1 973,2 milles du leader

20.01.17 / Course de vitesse pour le trio infernal « Nous allons bientôt naviguer dans une dépression qui se dirige vers le Groenland. Comme elle monte vers le nord, elle s’échappe. Le jeu va être de capter son vent le plus longtemps à sa périphérie. C’est pour cela que je suis positionné plus nord-ouest que Jean et Yann. Une course de vitesse à trois dans la brise est enclenchée ! »
6
ème à 1 218,6 milles du troisième

21.01.17 / JP agrafé « En manœuvrant hier, j’ai trébuché. Je me suis ouvert le menton sur la filière. Il a quand même fallu que je pose des agrafes pour refermer la blessure. Du coup, j’ai 3 agrafes dont une dans la joue. Et oui, même en bon véto, ce n’est pas évident de viser avec l’agrafeuse quand le bateau bouge ! Maintenant je ressemble à un punk (rires) car je ne peux pas l’enlever. »
6
ème à 1 201,2 milles du troisième

22.01.17 / « Dans un état d’esprit combatif » « Je suis à bloc pour ces 3 derniers jours. Cette nuit, je me réveillais toutes les 20 minutes pour vérifier le réglage des voiles. Je dois m’appliquer car je me bats contre les meilleurs figaristes* du circuit !   4ème à 867,5 milles du troisième

24.01.17. « Un finish très serré » « Il faut que j’adopte la bonne stratégie pour la suite. C’est certainement celle de la patience ! Cela va être très frustrant car Yann et Jean ont plus de vent derrière donc ils vont revenir très vite sur moi. Si j’arrive avec 10 milles d’écart par rapport à mes concurrents sur la ligne d’arrivée, ce sera déjà un beau succès. »

Jean Pierre Dick 4ème à 260,1 milles de l’arrivée

 


Donnez-nous votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s