A quelques heures de l’arrivée de Jean Pierre Dick aux Sables-d’Olonne

A quelques heures de l’arrivée de Jean Pierre Dick aux Sables-d’Olonne retour en images sur les temps forts de la course.

6.11.16 / Départ du Vendée Globe« Comment prévoir l’imprévisible : c’est ça qui fait la beauté du Vendée Globe »

7.11.16 / 2ème à 2 milles d’Alex Thomson.« La nuit a été agitée, il y avait beaucoup de grains, un vent très instable. Cela fait plaisir d’être dans le top 3 dès les premières 24 heures.  

8.11.16 / StMichel-Virbac prend la tête du Vendée Globe « Ah je suis premier ! C’est une bonne nouvelle ! Mon placement semble intéressant aujourd’hui grâce à mon option à l’Est de la flotte au large des côtes portugaises. »

10.11.16 / Erreur stratégique à Madère « J’ai voulu faire du décalage pour éviter le dévent sous l’île de Madère. Sur les fichiers, il y avait du vent plus loin c’est pour ça que j’ai progressé dans cette direction. Je suis finalement allé trop loin dans l’anticyclone. C’est plus facile à dire après qu’avant ! Au final la réalisation n’est pas bonne. »12ème à 81,3 milles du leader

12.11.16 / Avarie à bord de StMichel-Virbac « Le coinceur (KJ25) de l’amure du J0 s’est arraché du pont. La voile est partie en l’air. J’ai réussi à enrouler la voile d’avant et suis passé sur le 2ème système d’amure. Décidément, je n’avais pas imaginé ce début de course comme cela. Après cette nuit sur le pont, je vais me reposer et repartir du bon pied ! Je me dis que la route est longue et que je vais inverser la tendance. »
12ème à 223,5 milles du leader

15.11.16 / StMichel-Virbac freiné dans le pot au noir « Malheureusement, le pot au noir a commencé très tôt pour nous (ndlr : Thomas, Jean et moi). Les premiers sont passés comme des fleurs. Le pot au noir s’est étendu pour les poursuivants. Les leaders vont prendre pas mal d’avance car nous allons mettre un temps infini à le passer ! Pour me changer les idées, j’ai eu la chance cette nuit de voir une baleine qui somnolait au soleil de la lune. »
11ème à 291,1 milles du leader 

17.11.16 / Passage de l’équateur En fin de nuit StMichel-Virbac a passé l’équateur après 10 jours 16 heures et 51 minutes de course.
10ème à 575,1 milles du leader

18.11.16 / Glissades et passage à niveau « J’ai pu distancer Thomas Ruyant. Ma prochaine étape est de viser la neuvième place de Jean qui est maintenant à une trentaine de milles devant moi. Pour la deuxième partie de la flotte, nous allons devoir jongler avec les systèmes météo après Rio pour attraper une nouvelle dépression et gérer un troisième passage à niveau. Je m’attends encore à perdre du terrain à terme. »
10ème à 655,1 milles du leader

19.11.16. « Ça foile à bord de StMichel-Virbac » En 48 heures, Jean-Pierre a doublé deux concurrents directs : Thomas Ruyant et Jean Le Cam. « C’est une bonne nouvelle ! StMichel-Virbac est dans ses meilleures allures ! Les foils peuvent vraiment exercer leur influence ! La situation est complexe pour nous avec la négociation de l’anticyclone de Sainte-Hélène. »
9ème à 765,7 milles du leader

19.11.16 / Rencontre avec Jean Le Cam « C’est sympa d’être au contact avec Jean, cela permet de s’étalonner. On s’est parlé par VHF, c’était un moment hors du temps. »
9ème à 765,7 milles du leader 

21.11.16 / « Le chevalier noir sans peur et sans reproche » C’est le surnom que Jean Le Cam a donné à Jean-Pierre Dick dans sa dernière vidéo. Le roi Jean a pris l’avantage cette nuit, mais depuis ce matin, le chevalier Jean-Pierre a accéléré et est repassé devant.
9ème à 1047,3 milles du leader 

22.11.16 / Après le pot au noir, l’anticyclone de St Hélène arrête de nouveau StMichel-Virbac « L’anticyclone de Sante Hélène est vraiment terrible ! J’en ai fait l’expérience cette nuit en naviguant à 2 nœuds ! Ce sont les pires moyennes que j’ai réalisées en Imoca ! Je n’avais pas besoin de ça pour me rappeler que mes petits camarades sont à plus de 1000 milles devant maintenant. Comment dire il faut être zen ! »
10
ème à 1391,6milles du leader

23.11.16 / « Place à la vitesse ! » « Ouf ça va mieux ! J’allonge enfin la foulée. Je retrouve le bruit de la vitesse. Il me manquait ! Je suis content d’avoir pris un peu d’avance sur Jean. Le vent va bientôt rentrer à 20 -25 nœuds. Il va falloir être sur le pont pour mettre les bonnes voiles et ajuster la trajectoire. Je revis ! »
8
ème à 1699 milles du leader

29.11.16 / Good Hope ! Jean-Pierre Dick vient de franchir la longitude du Cap de Bonne-Espérance ce mardi à 10 heures 15 (heure française) après 22 jours et 21 heures de course. StMichel-Virbac passera dans la journée au large du Cap des Aiguilles symbolisant son entrée dans l’Océan Indien.
7
ème à 1869,6 milles du leader

30.11.16 / Entrée dans les mers du sud « Les albatros sont enfin arrivés, j’en ai vu surtout des noirs. C’est magnifique et en plus il fait beau ! Nous avons des éclaircies, du soleil, les journées sont plus agréables depuis 3 jours. La température est cohérente avec les mers du sud, il ne fait pas très chaud une dizaine de degrés et l’eau est à 8°. Ma prochaine cible est Quéguiner. »
7
ème à 1869,6 milles du leader

2.12.16 / Le dragster des mers du sud « J’ai de bonnes sensations de vitesse avec les foils, c’est impressionnant de voir les gerbes d’eau qu’ils dégagent dans le sillage, on dirait un dragster ! Cela fait un boucan d’enfer quand ça part à 30 nœuds : des sifflements, des hurlements, c’est ce qu’on appelle les cinquantièmes hurlants à bord de StMichel-Virbac ! »
7
ème à 1963,2 milles du leader

2.12.16 / StMichel-Virbac est entré dans la zone interdite des glaces Alors que StMichel-Virbac était dans les temps du record des 24h, il a parcouru 44 milles dans la zone interdite des glaces (ZEA*). StMichel-Virbac est repassé par son point d’entrée dans la zone interdite et a réparé sa faute. Il a repris sa route vers le nord-est et a perdu une dizaine d’heures dans l’opération.
7
ème à 1 903,6 milles du leader

5.12.16 / Abcès au genou Pendant plusieurs jours, JP a une grosse infection au genou droit. Après consultation de son médecin, il va soigner ce gros abcès avec des antibiotiques et des soins quotidiens.

08.12.16 / « C’était un peu cocasse » « La nuit a été agitée. J’ai fait une sortie de route dans une rafale à plus de 30 nœuds. Manque de pot, j’étais en train de mettre de l’eau dans mon plat lyophilisé. J’ai valdingué et j’ai retapissé l’intérieur du bateau avec le plat. Je vous laisse visualiser la scène (rires) ! Seul dégât collatéral : la souris de l’ordinateur n’a pas supporté le choc ! »
6
ème à 1845,1 milles du leader

10.12.16 / Le bon chrono de JP StMichel-Virbac a passé le Cap Leeuwin cette nuit à 4 heures 55 (heure française). Jean-Pierre Dick réalise un excellent chrono entre Bonne Espérance et Leeuwin en signant le deuxième meilleur temps du passage après Armel Le Cléac’h. Temps de passage 33 jours 15 heures et 53 minutes. Dans l’Océan Indien, StMichel-Virbac a gagné 430,2 milles sur Queguiner entre Bonne Espérance et le Cap Leeuwin.
6ème à 2049,8 milles du leader

12.12.16 / Inédit sur le Vendée Globe : StMichel-Virbac passe par le détroit de Bass « La sécurité du bateau et du marin passe clairement avant la course. Cette dépression est très puissante et dure 3 jours à partir de demain. Les vents seront supérieurs à 45 nœuds avec des passages à 60 – 70 nœuds. La mer sera très forte avec des vagues supérieures à 10 mètres. Il est hors de question que nous allions là-dedans, la situation est dangereuse. Je fais le choix de la sécurité maximum. Je vais passer par le détroit de Bass (entre l’Australie et la Tasmanie). »
6
ème à 2 048,9 milles du leader 

14.12.16 / Passage dans le détroit de Bass « Je suis ému de mon passage dans le Détroit de Bass cette nuit, c’est incroyable de vivre cela pendant le Vendée Globe ! Je suis juste dans le passage de Barren Island, c’est très impressionnant avec le vent qui est monté à 40 nœuds. La mer est abrupte. J’ai décidé de rouler la voile d’avant car c’était chaud avec les bancs de sable tout autour. J’entame maintenant la descente vers la Nouvelle Zélande pour retrouver les mers du grand sud. »
7ème à 2 534 milles du leader

17.12.16 / Option gagnante ? « C’est incroyable cette trajectoire, je dois être le premier concurrent du Vendée Globe à passer par le Détroit de Bass. Mon option n’est pas perdante pour l’instant. Elle sera sans doute gagnante à terme ».
6
ème à 2 114,2 milles du leader

19.12.16 / L’instant bricolage « J’ai dépensé pas mal d’énergie pour réparer un chariot de grand-voile cassé. Je suis intervenu le plus rapidement possible pour que la situation ne se dégrade pas. J’ai affalé la voile dans plus de 25 nœuds et j’ai mis en place le nouveau chariot. »
5
ème à 1944,9 milles du leader

22.12.16 / Rencontre « C’est tellement rare de croiser des dauphins dans cette partie de l’Océan Pacifique, ils sont restés au moins dix minutes autour du bateau. Ils étaient vraiment beaux avec des taches blanches sur les côtés, c’était un moment exceptionnel ! Par contre, je ne connais pas cette race, je ne l’ai pas étudiée à l’école véto ! »
4ème à 1924,5 milles du leader 

29.12.16 / Bulle sans vent inopinée « Je suis tombé dans une grosse bulle sans vent. Aucun fichier ne prédisait cette bulle la veille. Mon avance sur Jean et Yann a fondu, c’est une profonde déception. Tu passes des jours et des jours à grappiller des milles sur tes concurrents et en une demi-journée, tout part en fumée. »
4
ème à 2 002,9 milles du leader 

30.12.16 / 5ème passage du Cap Horn pour JP « Il est beau celui-là, impressionnant même, je suis passé à moins de 5 milles du Cap, le jour se levait tout juste. J’ai éprouvé beaucoup de plaisir en voyant ce cap mythique, perdu tout au sud du continent américain. »
Temps de StMichel-Virbac entre le Cap Leeuwin et le Cap Horn : 20 jours 2 heures 39 minutes
4
ème à 1 883,3 milles du leader

01.01.17 / Temporisation « L’idée est de temporiser au centre de la dépression et de sortir quand le vent extérieur a diminué. Ce n’est pas évident car je suis en course et j’aimerais accélérer. Mais il faut préserver le bateau. Je vais quand même naviguer dans 35-40 nœuds cet après-midi. »
4ème à 1 699 milles du leader

04.01.17 / « J’ai rarement vu cela » « Les conditions sont démentes ! Toutes les deux secondes, il y’a un impact fort des vagues sur le bateau.
A bord, c’est vraiment l’horreur. C’est impossible de dormir et tu ne tiens pas debout. Vivement que cela se calme un peu car depuis le Cap Horn, les conditions sont sévères. Ce n’est pas cela l’Atlantique Sud normalement ! »
4ème à 1 343,9 milles du leader

8.01.17 / StMichel-Virbac s’extirpe en premier de l’anticyclone de St Hélène « Hier soir, j’ai touché le vent en premier, ce qui m’a permis de sortir de la dorsale anticyclonique avant Jean et Yann. Maintenant, la vitesse du bateau va s’accentuer avec mon foil et je vais tirer un long bord dans les alizés jusqu’au Pot au Noir. J’ai profité de la pétole pour plonger et inspecter la coque. Il n‘y a rien à signaler. J’ai également passé un petit coup d’éponge sur la carène pour améliorer la glisse ! »
4ème à 1 542,3 milles du leader 

10.01.17 / Une option payante « Je suis content car il faut avoir les nerfs solides pour rester dans ton option quand des skippers de qualité croient en une autre ! Ils sont revenus à mon niveau, m’ont dépassé, mais je voulais absolument garder mon décalage latéral comme une denrée précieuse. Il pouvait me servir plus tard. Ce qui est finalement la réalité aujourd’hui. »
4
ème à 1 251 milles du leader –

11.01.17 / Promesse à mon père « Je vais passer à quelques milles de ma fameuse île fétiche Fernando di Noronha dans l’après-midi, je vais peut-être la voir cette fois ! Le vœu scellé avec mon père sera en partie exaucé. Je vais devoir y retourner pour débarquer ! »
4
ème à 1 205,2 milles du leader

12.01.17 / Retour dans l’hémisphère nord. Un temps historique
Ce jeudi, Jean-Pierre Dick a franchi l’équateur à 11h33 (heure française) après 66 jours 22 heures 31 minutes de course. Le skipper de StMichel-Virbac a été le plus rapide entre le Cap Horn et l’équateur avec un temps historique de 13 jours 3 heures et 59 minutes. « Incroyable, cela fait plaisir d’apprendre cela ! Je ne pensais pas avoir été le plus rapide car depuis le Horn les conditions météo ont beaucoup varié. Il a fallu s’activer. C’est une belle satisfaction ! »
4
ème à 1 251 milles du leader

14.01.17 / Pot au noir express
« J’ai fait un beau passage du pot au noir. J’ai des milles d’avance, mais maintenant il va falloir gérer tout cela car il y a de la pétole à venir. Le schéma n’est pas simple. Pour l’instant il n’y a pas de gros coup à faire, c’est une situation d’attente. Malheureusement je ne peux pas tenter quelque chose avec les conditions actuelles, cela pourrait me coûter très cher. »
4
ème à 1 085,8 milles du leader

16.01.17 / La pétole freine StMichel-Virbac « Le bon travail de ces derniers jours pour creuser un écart conséquent (ndlr : plus de 300 milles) sur Yann et Jean va s’envoler. C’est frustrant car ils vont bien revenir sur StMichel-Virbac. Je suis dans la pétole. Cela va être long et douloureux avant de toucher les vents portants. »
4
ème à 1 510,6 milles du leader

19.01.17. « Encore un nouveau départ » « J’ai encore passé la nuit dans la pétole alors que les fichiers donnaient 10 nœuds de vent. Dur, dur de voir Yann et Jean me passer au classement, mais je ne baisse pas les bras. J’ai hâte que le nouveau vent arrive pour me battre à armes égales avec Yann et Jean. C’est encore un nouveau départ ! »
6
ème à 1 973,2 milles du leader

20.01.17 / Course de vitesse pour le trio infernal « Nous allons bientôt naviguer dans une dépression qui se dirige vers le Groenland. Comme elle monte vers le nord, elle s’échappe. Le jeu va être de capter son vent le plus longtemps à sa périphérie. C’est pour cela que je suis positionné plus nord-ouest que Jean et Yann. Une course de vitesse à trois dans la brise est enclenchée ! »
6
ème à 1 218,6 milles du troisième

21.01.17 / JP agrafé « En manœuvrant hier, j’ai trébuché. Je me suis ouvert le menton sur la filière. Il a quand même fallu que je pose des agrafes pour refermer la blessure. Du coup, j’ai 3 agrafes dont une dans la joue. Et oui, même en bon véto, ce n’est pas évident de viser avec l’agrafeuse quand le bateau bouge ! Maintenant je ressemble à un punk (rires) car je ne peux pas l’enlever. »
6
ème à 1 201,2 milles du troisième

22.01.17 / « Dans un état d’esprit combatif » « Je suis à bloc pour ces 3 derniers jours. Cette nuit, je me réveillais toutes les 20 minutes pour vérifier le réglage des voiles. Je dois m’appliquer car je me bats contre les meilleurs figaristes* du circuit !   4ème à 867,5 milles du troisième

24.01.17. « Un finish très serré » « Il faut que j’adopte la bonne stratégie pour la suite. C’est certainement celle de la patience ! Cela va être très frustrant car Yann et Jean ont plus de vent derrière donc ils vont revenir très vite sur moi. Si j’arrive avec 10 milles d’écart par rapport à mes concurrents sur la ligne d’arrivée, ce sera déjà un beau succès. »

Jean Pierre Dick 4ème à 260,1 milles de l’arrivée

 

Jean Pierre Dick au large du Brésil

Au large des côtes brésiliennes, Jean-Pierre Dick nous fait partager l’ambiance à bord de StMichel-Virbac et l’analyse de son positionnement par rapport à ses concurrents directs. Au classement de 9h, StMichel-Virbac progresse à 16 nœuds. L’écart avec ses concurrents Yann Eliès et Jean Le Cam se creuse progressivement. Queguiner navigue désormais à 81,6 milles de JP. « J’ai bien avancé cette nuit, j’ai fait de bonnes moyennes, le bateau glisse bien. J’ai réussi à bien me reposer pour récupérer des dernières 48 heures intenses. J’écoute un peu de musique à bord pour me relaxer. Je viens de regarder le classement, l’écart se creuse progressivement avec Yann et Jean. Je surveille leur progression et leurs vitesses. Pour l’instant tout va bien, wait & see ! Je vous laisse je vais prendre mon petit déjeuner. »

Off the Brazilian coast, Jean-Pierre Dick shares the atmosphere aboard StMichel-Virbac and analyzes 
its positioning in relation to its direct competitors. In the ranking of 9h, StMichel-Virbac progresses 
at 16 knots. The gap with its competitors Yann Eliès and Jean Le Cam is widening gradually. 
Queguiner now sails 81.6 miles from JP. "I made good progress tonight, I made good averages, 
the boat slips well. I managed to rest well to recover the last 48 hours intense. I listen 
to some music on board to relax. I just looked at the ranking, the gap is widening gradually 
with Yann and Jean. I monitor their progress and speeds. For now all is well, wait & see! 
I'll leave you for breakfast. "

 

 

Jean-Pierre Dick a passé le mythique Cap Horn en 4ème position du Vendée Globe après 53 jours et 18h de course

Jean-Pierre Dick a passé le mythique Cap Horn en 4ème position du Vendée Globe après 53 jours et 18h de course. Il s’agit là de son 5ème passage du Cap Dur* : « il est beau celui-là, impressionnant même, je suis passé à moins de 5 milles du Cap, le jour se levait tout juste. ».

Que ressens-tu au passage de ce 5ème Cap Horn *? « C’est un savant mélange de stress et de plaisir. Il y avait beaucoup de vent et tu ressens cette pointe de stress qui pique quand tu manœuvres. Mais, j’ai éprouvé beaucoup de plaisir en voyant ce Cap mythique, perdu tout au sud du continent américain. C’est aussi une délivrance. Cela fait un mois qu’on est dans le dur, que je suis trempé et qu’il fait froid en permanence. »

Parmi tes passages du Cap Horn, quels sont tes meilleurs souvenirs ? « C’est un beau passage ce coup-ci, j’ai bien vu le Cap dans la pénombre, c’était impressionnant !

Mon premier Cap Horn en 2005 était marquant dans les grosses claques de vent à 35 nœuds, j’avais ma bôme en réparation sur le pont. C’était mon baptême en terre de feu !

Je ne peux pas oublier celui avec Loïck Peyron lors de la Barcelona World Race 2011. Il était exceptionnel ! Nous étions passés à 2 milles du Horn en visioconférence avec l’organisation. C’était intense, nous étions comme deux gamins ! »

* C’est la cinquième fois que Jean-Pierre Dick passe le Cap Horn : trois fois dans le Vendée Globe (2005, 2013 et 2016) et deux fois dans la Barcelona World Race (2008 et 2011)

**C’est un bras de mer de 16 milles marins (29,6 km) de large

Temps de StMichel-Virbac entre le Cap Leeuwin et le Cap Horn : 20j 02h 39min

« Le centre est moins venté que l’extérieur de la dépression. L’idée est de temporiser au centre et de sortir quand le vent extérieur a diminué. Ce n’est pas évident car je suis en course et j’aimerais accélérer. Mais il faut préserver le bateau. Je vais quand même naviguer dans 35-40 nœuds cet après-midi.

Avec ces conditions météo, le 1er de l’an passe un peu au second plan du coup même si j’ai réussi à passer un moment sympa hier avant le coucher de soleil. Cela m’a fait du bien, j’ai sorti une petite bouteille de champagne Mumm sur le pont pour trinquer à la nouvelle année. Je vous le fais partager en images. »

 

 

Jean-Pierre Dick passed the mythical Cap Horn in 4th position of the Vendée Globe after 53 days and 18 hours of racing.

This is his 5th passage from Cape Dur *: "it is beautiful this one, impressive even, I passed within 5 miles of the Cape, the day was just rising. ".

What do you feel when you pass this 5th Cape Horn?

"It's a clever mix of stress and fun. There was a lot of wind and you feel the stress that stings when you maneuver. But, I had a lot of fun seeing this mythical Cape, lost to the south of the American continent. It is also a deliverance. It's been a month since we're in the hard, I'm soaked and it's cold all the time. "

Among your passages from Cape Horn, what are your best memories?

"It is a beautiful passage this time, I saw the Cape in the dark, it was impressive!

My first Cape Horn in 2005 was scoring in the big slaps of wind at 35 knots, I had my boom under repair on deck. It was my baptism in the land of fire!

I can not forget the one with Loïck Peyron at the Barcelona World Race 2011. He was exceptional! We had gone 2 miles from the Horn in videoconference with the organization. It was intense, we were like two kids! "

* This is the fifth time that Jean-Pierre Dick passes Cape Horn: three times in the Vendée Globe (2005, 2013 and 2016) and twice in the Barcelona World Race (2008 and 2011)

** It is an inlet of 16 nautical miles (29.6 km) wide

Time of StMichel-Virbac between Cape Leeuwin and Cape Horn: 20j 02h 39min

"The center is less windy than the outside of the depression. The idea is to temporize in the center and exit when the outside wind has decreased. It is not obvious because I am racing and I would like to accelerate. But we must preserve the boat. I will still sail in 35-40 knots this afternoon.

With these weather conditions, the 1st of the year goes a little in the background of the blow even if I managed to spend a nice time yesterday before the sunset. It did me good, I took out a small bottle of champagne Mumm on the deck to toast at the new year. I will share it in pictures. "

Découvrez les côtes tasmaniennes vues depuis le bateau de Jean Pierre Dick


Jean Pierre Dick navigue désormais dans le Pacifique. L’Océan le plus vaste du globe terrestre ne s’annonce pas si « pacifique » que cela pour l’instant avec une route semée d’embûches. Le crochet tasmanien a permis à Jean-Pierre d’aborder sa descente vers la Nouvelle Zélande avec un meilleur angle que ses concurrents directs.

Jean Pierre Dick now sails in the Pacific. The vastest ocean in the terrestrial globe is not so « pacific » as this for the moment with a road full of pitfalls. The Tasmanian hook allowed Jean-Pierre to approach his descent towards New Zealand with a better angle than his direct competitors.

La Tasmanie : Géographiquement, on pourrait dire qu’elle ressemble à la Corse. Telle l’Île de Beauté pour la France, la Tasmanie se situe au sud est de l’Australie. D’une superficie d’environ 68 000km², elle a pour capitale Hobart. Plus petit état australien, l’île donne son nom à la mer placée entre l’est de l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Historiquement, 

la Tasmanie fut découverte par le navigateur Abel Tasman, en 1642. C’est d’ailleurs en l’honneur du marin hollandais qu’elle prit le nom de Tasmanie deux siècles plus tard.

Désormais cible privilégiée des touristes en quête de nature luxuriante et de paysages sauvages, la Tasmanie se trouve également sur la route des concurrents du Vendée Globe. Limite occidentale  de l’océan Pacifique, « l’île de l’inspiration » ouvre ensuite une voie royale vers l’infini.

Passage que devrait emprunter Jean-Pierre
Passage que devrait emprunter Jean-Pierre

Tasmania: Geographically, it could be said to resemble Corsica. Like Beauty Island for France, Tasmania is located to the south east of Australia.

With an area of about 68,000 km², it is the capital of Hobart. Smallest Australian state, the island gives its name to the sea located between the east of Australia and New Zealand. Historically, Tasmania was discovered by navigator Abel Tasman in 1642. It was in honor of the Dutch sailor that it took the name of Tasmania two centuries later. Now a privileged destination for tourists looking for luxurious nature and wild landscapes, Tasmania is also on the road of competitors of the Vendée Globe. Western boundary of the Pacific Ocean, « the island of inspiration » then opens a royal road to infinity.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Pierre Dick approche l’océan Indien et se maintient en 7ème position !

Jean-Pierre Dick vient de franchir la longitude du Cap de Bonne-Espérance à 10h15 ce mardi après 22 jours et 21 heures de course. Il passera dans la journée au large du Cap des Aiguilles qui symbolisera son entrée dans l’Océan Indien et se maintient à la 7ème place. Jean-Pierre Dick has just crossed the longitude of the Cape of Good Hope at 10:15 on Tuesday after 22 days and 21 hours of racing. He will spend the day off Cap des Aiguilles which will symbolize his entry into the Indian Ocean and remains in 7th place.

Jean-Pierre Dick 30/11/16

Comment s’est passée la nuit ?

« J’ai dû empanner cette nuit dans plus de 35 nœuds de vent pour éviter la zone d’exclusion antarctique*. L’empannage dans du vent est exigeant : j’ai pris 2 ris dans la-grand-voile avant la manœuvre afin d’éviter toute erreur. Tout s’est bien passé je suis content de moi ! »

Peux-tu nous expliquer ce qu’est la zone d’exclusion antarctique ?

« Cette zone est définie en fonction du déplacement des glaces, pour limiter les risques d’entrer en collision avec un iceberg. Nous faisons une route plus Nord que lors de ma première participation au Vendée Globe, mais c’est une bonne chose. Cela ne sert à rien de prendre des risques dans ces latitudes très isolées. »

Les températures diminuent le long de la porte des glaces ?

« Je porte maintenant ma combinaison sèche car les températures commencent vraiment à chuter, le froid s’installe, il faut essayer de garder un peu de chaleur dans le bateau pour se réchauffer. »

Jean Pierre Dick vient de passer l’équateur !

12 jours après Jean Pierre dick vient de passer l’équateur. Il progresse désormais dans l’hémisphère sud et pointe désormais en 10ème position après avoir doublé Thomas Ruyant. 

Jean Pierre Dick   » Je savoure la navigation dans les alizés  » 

Peux-tu nous parler de ta navigation dans les alizés ?
« Je la savoure ! Je prends du plaisir à être ici, ce sont des coins que j’aime bien où il y a pas mal de glisse dans un vent régulier et chaud. On peut profiter du bateau pleinement. J’aime passer près de l’île de Fernando de Noronha. Je n’y suis jamais allé mais c’est une vieille promesse que j’ai faite à mon père. Un jour j’irai là-bas !»

Ça glisse à bord de StMichel-Virbac lancé à plus de 20 nœuds dans l’alizé.

Retour en image sur le passage de l’équateur

12 days after Jean Pierre dick just passed the equator. It now progresses in the southern hemisphere and now points in 10th position after having doubled Thomas Ruyant.

Jean Pierre Dick "I enjoy the navigation in the trade winds"

Can you tell us about your navigation in the trade winds?
"I enjoy it! I take pleasure to be here, these are corners that I like where there is a lot of gliding in a steady and warm wind. You can enjoy the boat fully. I like to pass near the island of Fernando de Noronha. I have never been there but it is an old promise I made to my father. One day I shall go there! "

It slips aboard StMichel-Virbac launched at more than 20 knots in the trade wind.

Return to the image on the passage of the equator

 

Le parcours du Vendée globe en 3D

Une course à la voile en solitaire et sans assistance. C’est le concept du Vendée Globe. Une signature inimitable de l’épreuve, son véritable ADN.  Un parcours de 40 075 Kilomètres soit 21 638 milles : telle est la circonférence de la terre et la distance autour du monde de référence. Une course réalisée en 78 jours et deux heures lors de la dernière édition du Vendée Globe . Ce périple planétaire est avant tout un voyage unique et climatique pour descendre l’Atlantique, traverser l’océan Indien et le Pacifique, puis remonter de nouveau l’Atlantique… Un départ au milieu de l’Automne des Sables d’Olonne,  puis direction l’été austral au cœur des mers du sud pour un retour en Vendée au milieu de l’hiver.

Parce que la mer n’est une route toute droite : Les  skippers doivent composer avec le vent, les glaces, la houle et la trajectoire des bateaux tout au long du parcours.

A race to sail solo and unassisted. This is the concept of the Vendée Globe. An inimitable signature event, its true DNA. A journey of 40,075 kilometers or 21,638 miles: that is the circumference of the earth and the distance around the world reference. A race conducted in 78 days and two hours in the last edition of the Vendée Globe 2015. This planetary journey is above all a unique climate and travel down to the Atlantic through the Indian and the Pacific Ocean, then back again the Atlantic … A start in the middle of Autumn Sables d’Olonne, then direction the austral summer in the heart of the south seas for a return in Vendée in the middle of winter. Because the sea is not a straight road : The skippers must deal with wind, ice, waves and the trajectory of boats throughout the course. A course consists of a trio climate: In this round the world especially in each hemisphere and each ocean is an anticyclone which by its position, its development and mobility specifically affects the movement of depressions.

This clash of high and low pressure controls the climatology of each Vendée Globe area.

Source : www.vendeeglobe.org

 

 

 

Jean-Pierre Dick – Départ dans un mois !

jpdick-m-1-twitter

Le Vendée Globe est à ce jour la seule course à la voile autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance. Les 7 premières éditions de ce que le grand public nomme aujourd’hui l’Everest des mers, ont permis à 138 marins de prendre le départ du Vendée Globe, pour seulement 71 qui ont réussi à couper la ligne d’arrivée. Ce chiffre exprime à lui seul l’extrême difficulté de cet événement planétaire où les marins sont confrontés au froid glacial, aux vagues démesurées et aux ciels pesants qui balayent le grand sud ! Le Vendée Globe est avant tout un voyage au bout de la mer et aux tréfonds de soi-même.
The Vendée Globe is still the only non-stop solo round the world race without assistance. 
The first seven editions of what the public refers to as the Everest of the seas, have enabled 138 sailors to line up at the start of the Vendée Globe, while only 71 have managed to cross the finishing line. This figure alone expresses the huge difficulty of this global event, where sailors face icy cold conditions, mountainous waves and leaden skies in the Southern Ocean. The Vendée Globe is above all a voyage to the ends of the sea and deep down into the sailor’s soul.
Source : www.vendeeglobe.org

La Maison Eden Park, partenaire d’élégance de Jean-Pierre Dick, sera présente à ses côtés pour le départ du huitième Vendée Globe, le dimanche 6 novembre 2016 aux Sables d’Olonne !
Eden Park, partner in elegance of Jean-Pierre Dick will be at his side for the start of the eighth Vendée Globe on Sunday, November 6, 2016 in Les Sables d’Olonne !

Pour patienter jusqu’au départ, Jean-Pierre Dick vous propose d’embarquer à bord de StMichel-Virbac le temps d’une visite virtuelle à 360° guidée et expliquée. Vous pourrez découvrir l’espace dans lequel Jean-Pierre va vivre tout au long de ce tour du monde. Embarquez-vite sur leur site : www.jpdick.com
To wait until departure, Jean-Pierre Dick offers you the opportunity to board the StMichel-Virbac for a virtual 360°guided and explained tour. You can explore the living space in which Jean-Pierre will evolve throughout the world tour.
Embark quickly on their website : www.jpdick.com

Stade Français Paris – Soirée de rentrée

Lundi 19 septembre, le Stade Français accueillait ses partenaires dans les salons de l’Hôtel de Ville de Paris. Les joueurs n’ont pas manqué de prendre la pose pour une photo d’équipe dans leurs tenues Eden Park.
Monday September 19, the « Stade Français » (rugby club of Paris) hosted its partner in the Hotel de Ville of Paris. Players were quick to take a team photo in their Eden Park’s outfits.

Bonne saison ! Good luck for the season !

Jean-Pierre Dick – Vendée Globe 2016

jp-dick-vendeeglobe-article

À moins de deux mois du départ du Vendée Globe 2016, Jean-Pierre Dick était de passage à Paris pour la conférence de presse officielle de l’évènement, avec les 28 autres skippers qui prendront le départ le 6 novembre prochain.
Less than two months to go ! Jean-Pierre Dick is today in Paris for the official press conference of the Vendée Globe 2016, with the other 28 skippers who will start the race on November 6.

« Cette dernière conférence est une piqûre de rappel qui nous montre l’incroyable notoriété du Vendée Globe avec la présence de très nombreux journalistes. C’est aussi le ‘go’ de la dernière ligne droite ! Les choses se précisent et on sent la concentration de tout le monde avant le départ dans moins de 2 mois. » Jean-Pierre Dick
« This last conference is a wake-up call that shows us the incredible reputation of the Vendée Globe with a large attendance of journalists. This is also the ‘go’ for the last straight line ! Things become clearer and we feel the concentration of everyone before the leaving, scheduled in less than two months.  » Jean-Pierre Dick

« Le Vendée Globe reste fidèle à son ADN et à ses valeurs. C’est le secret de son succès et de sa longévité. Un concept d’une grande simplicité au service d’hommes exceptionnels. Au-delà du concept parfaitement connu d’un tour du globe seul sans escale et sans assistance, c’est aussi un événement populaire, ouvert et gratuit, pour que tous puissent partager le rêve que portent ces marins. » Yves Auvinet, Président de la SAEM Vendée
“The Vendée Globe remains faithful to its DNA and basic values. These are the secret of its success and the reason why it has lasted. The concept is extremely simple and applied by exceptional sailors. Looking beyond the concept of a non-stop solo round the world race without assistance, which everyone understands, it is also a truly popular event, which is open and free to allow everyone to share in the dreams of these sailors.” Yves Auvinet, President of the SAEM Vendée

Le Vendée Globe part des Sables d’Olonne et y revient, en effectuant un tour du monde d’Ouest en Est, en laissant les trois grands caps à bâbord (Bonne Espérance, Leeuwin et Horn). Une nouveauté est à signaler cette année, avec l’instauration par la Direction de Course d’une « zone d’exclusion des glaces » dans les mers du Sud. Cette limite à ne pas franchir a été présentée aux skippers la semaine dernière lors d’une réunion de travail aux Sables d’Olonne.
The course for the Vendée Globe still involves setting sail from Les Sables d’Olonne and returning there after sailing around the world from West to East leaving the three major capes to port (Good Hope, Leeuwin and the Horn). There is however one new element we should mention with the Race Directors setting up an “Ice exclusion zone” in the Southern Ocean. This limit was presented to the skippers last week at a special meeting in Les Sables d’Olonne. 

Plus d’informations / More informationswww.vendeeglobe.org


Le 9 septembre dernier, à l’issue d’un mois de chantier, l’IMOCA60 avec lequel Jean-Pierre Dick prendra le départ de son quatrième Vendée Globe consécutif avait été mis à l’eau. Outre la réparation de l’étrave abimée dans une collision avec un bateau de pêche, l’équipe technique a renforcé les puits de foils et a ajouté des crash boxes.
Friday, September 9 – After a month of important work, the IMOCA60, with which Jean-Pierre Dick will start his fourth Vendée Globe, have been launched. Besides repairing the bow,damaged in a collision with a fishing boat, the technical team has strengthened foils casings and added crash boxes.

« Nous allons alterner de longues navigations au large et la finalisation de la mise au point technique. C’est une période dense qui se présente mais passionnante car nous allons entériner tous les choix pour le départ le 6 novembre 2016 : les voiles, le matériel embarqué, etc. » Philippe Laot, directeur technique du StMichel-Virbac Sailing Team
« We’ll alternate ocean races and the finalization of the technical development. It’s an intensive but exciting period because we’ll endorse each choice for the departure on November 6 : sails, on-board equipment, etc. » Philippe Laot, technical director of StMichel-Virbac Sailing Team

www.jpdick.com